Vous avez dit BitCoin ?

Toi aussi tu vois le Bitcoin partout ? Toi aussi tu hoches la tête et fais semblant de comprendre cette fameuse « crypto-monnaie » ? Toi aussi tu es largué dès que quelqu’un évoque la fameuse « Block-Chain » ? Tu ne sais pas quoi en penser ? GEM Finance Society est là pour toi !

(Nous tenons avant toute chose à préciser que cet article a un but purement instructif et n’a absolument aucune vocation à vous inciter à acheter ou vendre du BitCoin.)

Le BitCoin, qu’est-ce que c’est ?

Le Bitcoin est une « monnaie » (ce terme fait de plus en plus débat) virtuelle, donc sans pièce ni billet. Créée au lendemain de la crise des Subprimes par des programmeurs presque anonymes nommés « Satochi Nakamoto », elle connaît une énorme augmentation de sa valeur grâce à sa volatilité (capacité à changer de façon incroyable sa valeur, aussi bien à la hausse qu’à la baisse -multipliée par 10 entre le 1er janvier et le 10 novembre 2017).

Comment est fixé son prix ?

Très simplement, la réponse tient en deux mots : Offre/Demande. De ce fait, le Bitcoin est très sensible aux « feelings » des acheteurs et vendeurs. Ainsi, une annonce sceptique ou au contraire confiante de Jordan Belfort (notre cher Loup de Wallstreet), de la Banque de France ou de la FED suffit à la faire basculer, dans un sens ou dans un autre.

Pourquoi tout le monde en parle ?

D’une part à cause de l’explosion de son prix. Mais pas seulement. Le Bitcoin a la particularité d’être une monnaie universelle, anonyme, très rapide et surtout décentralisée (elle ne subit pas les politiques économique et financière de la Banque Centrale Européenne par exemple). Elle représente une monnaie complètement différente et nous cessons de lui tourner le dos car aujourd’hui, personne ne sait si elle remplacera demain toutes les monnaies du monde ou bien si elle s’écroulera et montrera qu’elle n’était finalement qu’un vague outil spéculatif.

Et en fait, à quoi sert-elle ?

Pour l’instant, elle ne sert pas à grand-chose. Mais de plus en plus de commerçants commencent à l’accepter. Certains, les plus malins, l’ont fait dès le début. C’est le cas d’une petite pizzeria aux Etats-Unis, qui a accepté de se faire payer en bitcoins. 3 Bitcoins la pizza. Aujourd’hui ces trois Bitcoins valent 30 000$. Une pizza à 30 000$, pas mal non ? Mise à part quelques exemples comme cela, c’est surtout sur internet qu’on assiste à une augmentation significative de son utilisation. MacDonald a récemment annoncé  que l’utilisation de cette monnaie serait très certainement effective d’ici peu. Certaines rumeurs laissent même entendre que des pays seraient prêts à l’adopter comme monnaie nationale, le Nigéria par exemple.

Comment un bitcoin est-il créé ?

Comme dit précédemment, aucun Etat ni Banque Centrale ne peut créer de Bitcoin. C’est à chaque fois qu’un « block » est vérifié qu’un Bitcoin est distribué. C’est le grand principe de la Block-Chain. Retenez votre souffle, explication..

 Mais qu’est-ce qu’une block-chain ?

On rentre dans un sujet bien complexe et, avant toute explication, je tiens à dire que personne n’en parlera mieux que Don Tapscott lors de sa conférence Ted intitulée :

« Comment la blockchain est en train de changer la gestion de l’argent et le monde des affaires »

Pour ma part je vais vous donner une explication la plus simple possible. Pour ce faire, fermez les yeux (pas vraiment) et imaginez un livre parfaitement vierge. Dans ce livre toutes les transactions des dix dernières minutes  sont inscrites. Une fois toutes les pages de ce livre écrites (Jean-Jacques a acheté 13 Bitcoins à Michelle, Jean-Jacques a acheté 167 euros de vêtements sur Internet avec ses Bitcoins, Michelle achète 27 Bitcoins à Patrick etc…) intervient le Mineur. Quel est son rôle ? Analyser toutes ces transactions et vérifier leur légitimité une fois que le livre est rempli. Tous ces mineurs sont en compétition, et le premier à vérifier ce livre est rémunéré (en l’occurrence, en Bitcoins, source de création monétaire – faire le lien avec le paragraphe ci-dessus –). Une fois ce livre – que nous appellerons désormais « Block » – est approuvé, il est relié au block précédent, lui-même relié au block précédent et ainsi de suite. Cela crée, vous l’avez compris, cette fameuse « Block-Chain ».

Super, mais ça change quoi ?

Ce que ça change ? Tout. Premièrement, il est quasi-impossible de pirater le système puisque, pour pirater un block, il faut pirater toute la chaine au préalable, divisée sur plusieurs millions d’ordinateurs aux quatre coins du monde, en même temps. Et bien sûr avec un logiciel effroyablement complexe (trop simple sinon). Tout cyber-danger étant écarté, le monde entier sera connecté. Votre compte bancaire avec votre voiture, elle-même avec votre assurance qui sera liée avec votre smartphone. Et tout cela sous le même software. Incroyable non ? Et bien nous sommes, sans nous en rendre en compte, au sein de l’action, car une autre Crypto-monnaie, bien connue sous le nom d’Ethereum, possède une block-chain similaire à celle décrite précédemment.

Par ailleurs, si la finance est réservée à une certaine élite, la block-chain sera accessible à absolument tout le monde ; du paysan jusqu’au président des Etats-Unis en passant par le Pape. Ainsi plus de corruption, une réduction drastique des inégalités et surtout une régulation sans faute. À plus petite échelle mais tout aussi importante, certaines activités reprendront forme. Plus de piratage illégal de films, musiques, ou de l’art en général, c’est toute une industrie qui redémarre. (Et être forcé de payer pour du JUL on y réfléchit à deux fois, voyons vraiment les bons côtés).

Et toutes nos données conservées dans un logiciel géant, ce n’est pas censé faire peur ?

Il est indéniable que ça peut faire peur. Facebook, Twitter, Instagram et leurs meilleurs amis ne seront bien évidemment pas épargnés, et le fait que tout soit relié veut dire que le gouvernement, votre banque, votre assurance auront probablement accès à ces données. Mais réfléchissons-y. Si eux ont accès à ces informations, la réciprocité est vrai. Et qui a le plus à se reprocher ?

Et puis rassurez-vous, ce n’est pas la fin de la vie privée. Dans ce système, est disponible une sorte de coffre-fort dont vous seul possédez le code. Ainsi seront uniquement données les informations que nécessite une opération. Si X envoie de l’argent à Y, Y sera au courant du montant, de la date, de l’expéditeur mais bien évidemment pas de son numéro de compte bancaire ou de ses codes de carte. Mais je vous vois venir, vous et votre scepticisme « Sympa, ça s’appelle Lydia ». Alors non. Si vous avez l’impression que c’est aujourd’hui immédiat, cette transaction prend en vérité plusieurs jours (oui oui). Le temps que le software de Lydia entre dans la base de données de votre téléphone, que ce dernier fasse la connexion avec votre banque qui utilise un différent logiciel puis vérifie si oui ou non le payement est faisable, pour ensuite faire la transaction à l’autre banque en passant avant par… bref vous avez compris. Avec le système de block-chain, fini tout ça puisque tout est concentré sur un seul et même software.

Bon finalement… on achète ?

Après ce chemin parcouru, penser que le Bitcoin n’a pas d’avenir serait compliqué. Derrière la partie émergée de l’iceberg, force est de constater qu’une organisation incroyable et une révolution sans précèdent se passent juste sous nos yeux. Certains considèrent le concept de « block-chain » comme LA révolution du vingt-et-unième siècle, bien plus importante que le big-data ou l’intelligence artificielle. Mais, comme partout en finance, le passage par des zones de turbulences est quasi obligatoire. Alors oui certains pays refuseront le Bitcoin, oui le Bitcoin s’écroulera et remontera, oui le Bitcoin est peut-être surévalué, oui les économistes les plus connus  tels que Jean Tirole ou Stiglitz sont sceptiques, mais la nouvelle vague d’économistes est – elle – formelle. Le Bitcoin aura sa place dans quelques années dans l’économie mondiale, lorsque la vision de la monnaie et plus globalement de notre économie aura changé. Le cap psychologique des 10 000$ (12 570$ le jour de la publication de l’article) étant passé, tout est remis en question et deux écoles se forment autour du Bitcoin. À vous de vous faire votre propre opinion sur son potentiel.

-Charles Geoffroy

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s